A l’attention de nos amis, de nos électeurs, et des citoyens de Chaumont-Gistoux

Publié le mardi 3 avril 2012

Mercredi 25 octobre 2006. 22h30. Les négociations qui ont succédé aux élections aboutissent à un accord honorable pour les deux parties.

Dès le soir du 8 octobre 2006, nous avons pris la mesure des résultats électoraux, et des possibilités enthousiasmantes qu’ils offraient : de toute évidence, notre volonté de voir changer la réalité politique à Chaumont-Gistoux devenait réaliste, envisageable, et nous avons choisi de mettre en œuvre cette volonté de changement, avec soin, sans donner prise aux différentes pressions qui n’ont pas manqué de s’exercer. Une mandature de six ans se prépare de façon sérieuse et, comme nous n’avions scellé aucun accord pré-électoral, nous avons privilégié un travail de fond.
D’une façon assez naturelle, nous avons entretenu dès le soir du 8 octobre des contacts avec les membres du groupe ARC, qui manifestaient le même désir de changement, et avaient aligné sur leur liste des personnalités compétentes et crédibles. Pour autant, par souci de correction, nous n’avons fermé la porte à aucune hypothèse.
Des premiers contacts ont donc eu lieu très tôt, lors desquels nous avons présenté nos souhaits, en termes de mandats, de postes exécutifs, d’attributions sérieuses en phase avec les objectifs de notre programme. Tout en mettant l’accent sur l’esprit de collégialité et sur la confiance mutuelle qui devront régner au sein du Collège. Nos propositions reçoivent, de la part des membres du groupe ARC, des réponses dont nous prenons acte.
Nos conversations ne vont pas au-delà, car nos statuts et notre éthique nous conduisent à impliquer de manière permanente l’Assemblée Générale de nos membres dans les décisions importantes de ce type.

10 octobre 2006. Notre Assemblée Générale, réunie à Chaumont, prend position. Nous acceptons officiellement de n’entamer des négociations, en vue de constituer une majorité, qu’avec le groupe ARC, moyennant une série de conditions.

Le 11 octobre, nous signifions cette décision à ARC. Suivent une longue série d’échanges de vues : de nombreux accords se manifestent, mais aussi quelques pommes de discorde que nous entreprenons d’évaluer sereinement. Nous nous appuyons sur le fait que nous sommes liés aux membres du groupe ARC par un intérêt convergent : celui de constituer une équipe compétente, unie sur l’idée d’une gestion assainie, dans un esprit de convivialité et de confiance mutuelle.
Ecolo a montré la voie, en dénonçant clairement, et de longue date, les errements de la majorité sortante, et nos futurs partenaires s’accordent à penser que nous devons mettre les bonnes personnes aux bons endroits : cela justifie un temps de réflexion.
De nombreuses réunions en interne ont été nécessaires afin de peaufiner nos exigences, dans un esprit de consensus. De dialogues en conciliations, nous avons repris contact avec les membres du groupe ARC que nous rencontrons à Longueville le 22 octobre.
Ce soir-là, nous les entendons proposer un scénario inédit : la loi autorise en 2006, en prévision de 2012, de réduire le nombre d’échevins d’une unité dans les communes de moins de 20.000 habitants. Chaumont-Gistoux est endettée, les prévisions ne sont guère optimistes, le Collège pouvait, de la sorte, montrer qu’il participait à l’effort de redressement financier indispensable. Nous examinons cette proposition qui nous paraît aller dans le sens d’un consensus acceptable par tous, d’autant plus que la porte reste ouverte à une distribution équilibrée des compétences à attribuer aux futurs échevins.

Le 24 octobre, à Dion-le-Val, notre Assemblée Générale prend deux décisions importantes. Par la première, elle accepte la proposition faite par les membres du groupe ARC de limiter le nombre d’échevins à quatre, et d’entrer dans cette logique de consensus.
Par sa seconde décision, l’Assemblée confie ces deux mandats à Luc MERTENS et Anne-Marie LOUETTE, dans les attributions conformes à nos priorités programmatiques.

Le 25 octobre, la dernière réunion de négociation avec les émissaires du groupe ARC se déroule à Gistoux. D’emblée, nous leur annonçons que nous reconnaissons le principe des six mandats (un bourgmestre, quatre échevins, et une présidente de CPAS) au lieu des sept autorisés par la loi. Il ne reste qu’à répartir de façon équitable les attributions, en tenant compte des compétences des personnes pressenties à ces postes, et à trancher la question du premier échevinat.
Il est à noter que, durant cette soirée, aucune partie n’a cédé quoi que ce soit à une autre : cette négociation s’est déroulée dans un excellent climat, les attributions et responsabilités se sont échangées et débattues dans un esprit de grande ouverture.
Dès le lendemain, un communiqué de presse commun ARC - ECOLO rendait public cet accord de majorité.

Le groupe ECOLO - Chaumont-Gistoux a œuvré durant toute cette campagne dans un grand souci de transparence. En matière de politique générale, nous souhaitons réellement insuffler un sang nouveau dans les choix à opérer. Nous sommes déterminés à remettre la commune sur les rails d’un développement durable et sain.
Nous ne pouvons manquer aujourd’hui de remercier tous nos électeurs pour leurs suffrages et les marques de sympathie qui nous sont parvenues. Nous voulons leur dire que nous nous efforcerons de mettre tout en œuvre pour honorer leur confiance.

Pour ECOLO - Chaumont-Gistoux, les négociateurs,

Jean-Luc GUILMOT
Jean-Pierre LACROIX
Anne-Marie LOUETTE
Luc MERTENS
Xavier PIRET