Dimanche 26 Avril 2009 - Journée de visite - Bio-Ecoconstruction

Publié le vendredi 3 avril 2009

Concilier bien-être, économie, respect de l’environnement..., c’est possible !

Certains l’ont fait avec efficacité, mais cela ne s’improvise pas. Que ce soit pour rénover un ancien logement ou construire un nouveau bâtiment, plusieurs techniques performantes sont à notre disposition. Voici un petit lexique pour mieux comprendre ces termes qu’on entend partout aujourd’hui.

1. Centrés particulièrement sur la sobriété énergétique :

La maison passive : Un label très précis, venant d’Allemagne (développé depuis 1991) se rapportant à des maisons atteignant une très faible consommation énergétique, tout en assurant un confort très élevé.
Il se développe selon 4 axes :
1.1 une très bonne isolation (p ex : entre 25 et 40 cm d’isolant dans les murs et les toits, souvent triple vitrage) ;
1.2 la réalisation d’une très bonne étanchéité au courant d’air, afin de garantir un bon fonctionnement de l’isolant et de la ventilation ;
1.3 un système de ventilation à échangeur de chaleur (double flux) récupérant la chaleur de l’air vicié évacué à l’extérieur ;
1.4 l’utilisation du bioclimatisme : calcul des apports solaires gratuits, contrôle de la surchauffe, compacité, orientation.

Finalement le besoin net en chauffage de la maison devra être inférieur à 15 kWh/m², soit une consommation équivalente à ± 300l. de mazout par an (300m³ de gaz, 600kg de pellets) pour une maison de 200m² ! Soit une consommation 10 fois moins élevée que celle de la moyenne des habitations.
- De cette manière le surinvestissement nécessaire pour atteindre ces objectifs par rapport à une maison comparable K45 est remboursé d’année en année par les grosses économies de chauffage réalisées. (en ± 20 ans). Sans tenir compte des diverses primes possibles, la maison passive n’aura donc pas couté plus cher sur 20 ans qu’une « maison passoire » !
- Une maison passive à besoin de tellement peu d’énergie, qu’il est très facile de couvrir ses consommations par des énergies renouvelables et douces, voir même de les produire soi-même, et devenir alors une maison passive autonome, zéro émission de CO2.
- Des milliers de réalisations dans les pays germaniques ont déjà vu le jour et sont certifiées, et s’applique maintenant à tous les types de bâtiments (bureaux, écoles, appartements,...., et même à la rénovation) en Belgique des centaines de projets sont en cours de réalisation ou terminés.

La maison basse énergie (± K30) : se situe entre la maison K45 (norme actuelle de la région Wallonne) et la maison passive (± K20), les besoins en chaleur ne dépassent pas 60 KWh par m² par an.

Le bioclimatisme : des principes empreints de bon sens : une bonne orientation et implantation des constructions, afin de tirer au mieux parti des ressources du climat (apport solaire gratuit, eau pluviale, éolien) et de se protéger naturellement de ses rigueurs (froid, vent, pluie, surchauffe estivale...)

2. Soucieux surtout du choix des matériaux
Bio et écoconstruction : Construire avec des matériaux sains, privilégiant les matériaux renouvelables. Choisir les matériaux en fonction de leur impact sur l’environnement (écobilan) Par exemple : construire une maison en maçonnerie à le même impact écologique que de construire ± 10 maisons en bois.
Les matériaux "champions" : Bois, argile, liège, isolants en laine végétale ou animale, ou recyclés [cellulose (papier journal recyclé), lin, chanvre, paille, bois, textile recyclé, .....]

Afin de mieux vous rendre compte de toutes ces notions nous vous convions à visiter des bâtiments qui intègrent un ou plusieurs critères de Bio-Ecoconstruction.

Le Dimanche 26 avril 09, nous vous attendons à 14 h rue Florémond 34 (parking de l’école de Gistoux) (*), nous vous guiderons sur quelques chantiers qui vous permettront de voir la mise en œuvre de bons principes. Vous pourrez interroger les maîtres d’œuvre qui se feront un plaisir de partager leur expérience.

Consulter notre dossier et notre sondage :

Pour la locale Ecolo, Pierre Deru, Jean-Paul Halloy et Jean-Pierre Lacroix.

(*) Si vous n’avez pas de moyen de transport, contactez le 010 84 64 26