Tant d’inquiétudes ? - Autant d’espérances !

Publié le dimanche 4 octobre 2009

Les médias regorgent de mauvaises nouvelles. Comme s’il en fallait un quota journalier pour attirer les lecteurs, les chers auditeurs, les téléspectateurs. Il faut reconnaître que cela se vend bien ! Pour accompagner la publicité ?

Le sensationnel développe un sentiment d’insécurité et induit une réaction sécuritaire. Toujours plus de protection, de répression, de vaccins, de clôtures, de prisons, de caméras, ....

La place prise dans les médias par les "mauvaises nouvelles" a tendance à occulter les vrais problèmes : ceux qui sont à l’origine de ces "insécurités" : exploitation de l’homme par l’homme, recherche effrénée du profit, concentration dans quelques mains du pouvoir de décision, rejet d’autres cultures.... J’arrête ici mon énumération car ce serait tomber dans le catastrophisme que je dénonce.

Heureusement quelques exceptions à cette tendance généralisée, viennent adoucir notre présent et éclairer notre futur. Il m’arrive de regarder sur la RTBF1 l’émission "au quotidien" vers 18h30. J’y apprends pas mal de choses sur la créativité de certains citoyens, sur les solidarités qui s’organisent et se développent, sur des métiers mal connus, bref l’occasion de rencontrer des personnes qui un jour prennent leur destin en main et loin de la morosité générale vont à la rencontre d’autres personnes, tout le contraire du repli sur soi.

Vous avez probablement apprécié les magnifiques images de Yann Arthus-Bertrand ; ces exposés nous alertent sur les énormes menaces qui planent sur notre terre, mais surtout portent à notre connaissance de nombreuses initiatives de mise en œuvre de solutions durables pour sauvegarder la biodiversité, (un exemple : la réhabilitation de la mangrove, qui permet le renouvellement des colonies d’huîtres), et donc préserver la ressource principale à disposition des générations futures. La plupart des solutions sont le fruit d’une prise de conscience du problème et du dialogue organisé entre les personnes concernées, mais passent aussi par un changement de comportement qui n’hésite pas à réduire drastiquement les avantages immédiats pour sauvegarder le long terme.

Dans cet esprit, je vous invite à être attentifs à un événement important qui nous concerne tous et dont vous entendrez parler prochainement : "La Conférence de Copenhague"(*). Cette conférence internationale réunissant 192 Etats vise à mettre sur pied l’accord qui succédera au Protocole de Kyoto, afin de prendre les mesures adéquates pour maîtriser les changements climatiques. En dehors des aspects purement techniques des dispositions à mettre en œuvre, c’est surtout de solidarité qu’il sera question. En effet, ce sont les populations les plus défavorisées qui seront victimes des changements climatiques.

Quel message préférons-nous entendre :
"Inondations meurtrières en Birmanie" ou "Limitons notre consommation" ?
A nous de choisir !
Pour la Locale ECOLO de Chaumont-Gistoux
Jean-Pierre Lacroix

Article publié dans "AMALGAME n°41 Automne 2009

Conférence des Nations Unies sur le Changement Climatique Copenhague du 7 au 18-12-2009