Une autre vision de la crise, d’autres moyens pour en sortir

Publié le mercredi 9 septembre 2009

Résumé, extraits et notes diverses à propos du livre « Le Green Deal » de Jean-Marc Nollet

« Nous sommes arrivés au carrefour de toutes les crises : financière, bien entendu, mais aussi énergétique, sociale et environnementale. » L’origine de ces crises que nous vivons actuellement est double : la dictature du court terme et l’exploitation effrénée de l’homme et de la nature. Ce ne sont pas les dysfonctionnements du système qui sont intenables, mais son fonctionnement même.

Le dérèglement climatique pourrait très bien amener demain un emballement plus fort, plus rapide et plus violent encore que celui rencontré sur les places boursières. Une régulation plus stricte de la finance ne suffira pas. La nécessité d’un changement structurel est devenue impérieuse, le changement de paramètres indispensable. « La régulation seule ne suffira pas, il faut y ajouter des orientations claires pour le modèle de société que nous voulons bâtir. »

Jean-Marc Nollet propose « un autre modèle », « une rupture » ; il prône l’intégration du facteur « environnement » au tandem « capital/travail ». Il faut inventer une « nouvelle donne verte » (un green deal) qui réponde aux crises dans leur globalité et combine « relance économique, réduction de l’empreinte écologique et progrès social partagé ».

Jean-Marc Nollet formule une série de propositions pour sortir de cette conjoncture de crise.

Green Deal économique et social : propositions pour une conversion écologique et solidaire de l’économie avec un plan européen d’économies d’énergie, en particulier par la rénovation des logements, le développement des énergies renouvelables, des transports collectifs, d’une agriculture de qualité et de proximité principalement biologique ...
La rénovation des logements est une clé pour démontrer le lien entre écologie et social/économie (on peut redonner du « pouvoir d’achat » en faisant des économies sur l’énergie) ...il en est de même avec les transports collectifs.
L’environnement pourrait devenir un facteur de relocalisation des emplois en Europe. « L’enjeu est d’aller à la rencontre des emplois de demain ».

Green Deal de la connaissance : il mettra en avant l’importance de l’éducation, de la recherche, de la formation face à tous les nouveaux enjeux ...

Green Deal de la diversité : pour reconnaître la diversité de nos cultures et des citoyens comme un atout majeur...

Green Deal de la justice sociale et environnementale : par le financement des biens publics mondiaux, l’entretien et la restauration des grands écosystèmes, de nouvelles règles économiques et commerciales internationales.

Green deal de la finance : la transparence financière et la levée en Europe du secret bancaire pour tous les transferts vers les paradis fiscaux, l’orientation des placements vers le développement durable et la construction d’une alliance avec le secteur de l’assurance ...

Green Deal démocratique : un nouveau pacte démocratique entre l’Europe et les citoyens, un new deal qui permettra d’envisager la perspective d’une Europe fédérale, seule à même de dépasser l’impuissance des Etats-Nations.

Le Green Deal est une rupture et une invitation. Une rupture avec le sacro-saint « toujours plus », plus riche, plus grand, plus vite. Mais également une invitation à rechercher désormais un « toujours mieux ». Il s’agit de remettre la question du sens de l’activité humaine au centre du jeu et, sur cette base, de construire une alternative politique pour une autre société. Le XXIème siècle doit être celui de la transformation de nos modes de vie, de nos manières de produire et de consommer.

« On ne sortira de la crise que par le développement durable ou on n’en sortira pas ».
Pour la Locale ECOLO de Chaumont-Gistoux
Anne-Marie Louette

Sources :
- Jean-Marc Nollet, « Le Green Deal » proposition pour une sortie de crise
- Etopia
- Confrontations Europe, note de lecture (Avril 2009) par Jean-François Vergnoux
- Vidéo-entretien, Interview de JM Nollet sur EuropeEcologie
- Concilier bien-être, économie, respect de l’environnement..., c’est possible !