Vers l’Avenir 23/10/2007 : Luc Mertens : Écolo est à sa place

Publié le mardi 23 octobre 2007

Fort courtisé à l’issue du scrutin, Écolo qui a choisi la majorité avec ARC, dresse un premier bilan : Écolo se sent bien où il est.

" Nous sommes à notre place ! " Luc Mertens, échevin Écolo à Chaumont-Gistoux n’hésite pas un instant quand il parle de la position des siens au sein de la majorité. Un an après les élections communales d’octobre 2006, les élus verts ont appris ce qu’est la gestion d’une commune : " Nous constatons effectivement qu’il ne suffit pas de vouloir, pour faire ce que l’on veut. Il y a une certaine lourdeur de mise en place et surtout, les moyens sont limités pour mener la politique voulue. "

Luc Mertens ne tourne pas autour du pot : " Nous étions au centre des sollicitations le soir des élections. L’accouchement a été douloureux mais nous avons opté pour ARC qui se rapproche le plus de nos idées. La déclaration de politique communale avec ARC est en phase avec le tronc commun qu’Écolo a veillé à mettre en place. "

Luc Mertens reconnaît cependant que le budget doit être rentré en équilibre, que la dette est lourde et que les dépenses n’iront pas en diminuant à l’avenir : " J’ose le dire, nous ne pourrons pas faire tout ce qui a été avancé. Cela est totalement impossible sans rentrées financières miraculeuses. Malgré la rigueur de gestion de la majorité avec Pierre Landrain qui travaille remarquablement, il nous faudra six années pour sortir la tête hors de l’eau. "

Sans regret toutefois pour Écolo. " Rester dans l’opposition était trop stérile. Dorénavant, il y a beaucoup d’ordre à remettre dans la maison. Écolo dans la majorité, je le répète, c’est bien. Nous sommes ravis de travailler avec ARC. Les accords post-électoraux sont respectés comme la présidence de la CCATM qui nous revient. "

Secrétaire pointé du doigt

Un bémol néanmoins, " mais de taille : les difficultés du Collège à composer avec le secrétaire communal. Un secrétaire communal doit être plus qu’un scribe. Écolo regrette une pro-activité inexistante de sa part, je dirais même un manque de professionnalisme. Nous recevons de mauvaises informations qui entraînent des prises de décisions illégales. Cela gâche les efforts du Collège pour mener une politique saine et dynamique. Son attitude a des conséquences en cascade. Nous sommes démunis pour agir mais ne désespérons pas qu’une prise de conscience intervienne et qu’il emboîte le pas à la motivation de la majorité. "