Villes et villages en transition inventent l’avenir.

Publié le dimanche 27 juin 2010

Villes et villages en transition inventent l’avenir.

Il faut se faire à l’idée que l’on ne va plus pouvoir fonctionner comme avant : les habitants de certaines cités l’ont déjà compris et proposent des solutions intéressantes et pratiques pour mieux vivre autrement, dans l’après pétrole . Dans un avenir pas si lointain où tout ce qui n’est pas produit localement risque de devenir impayable suite à la raréfaction du pétrole et l’augmentation du coût des transports, nous serons confrontés à modifier nos comportements et notre style de vie.

Une menace ? Non, une opportunité !
TOTNES, un village de 8.500 habitants, dans le Devon en Angleterre, est pionnier des villes en transition et a choisi de s’y lancer résolument. On débarque du train dans une ville de rêve d’éco-citadin à la campagne située dans le comté le plus vert de l’Angleterre à trois heures de Londres. On y circule en bicyclette, les panneaux solaires fleurissent sur les toits. On y recycle ses déchets en un compost communautaire, on cultive désormais des tomates, des pommes de terres et différents légumes et fruits à la place des traditionnelles pelouses anglaises !
Très touristique, bâtie sur une colline où dominent les ruines d’un vieux château-fort normand, Totnes entraine les visiteurs dans la rue principale vers de petits commerces à l’ancienne, bien achalandés et pleins de charme.
Pas de centre commerciaux ni supermarchés, mais tout peut se payer en livres de Totnes : une monnaie parallèle à la livre Sterling qui donne droit à différentes réductions. Cette monnaie parallèle est la conséquence d’un système d’échange local (SEL ou LETS), une autre façon de privilégier la production régionale et de retisser les liens entre les habitants et les producteurs locaux.

Totnes, ville en transition (*) a donc choisi d’être pionnière d’un mouvement qui est en train de se répandre sur toute la planète et qui, pour faire face aux crises, propose un retour à un mode de vie plus frugal, capable, grâce à une économie locale qui vise l’ autosuffisance, de vivre mieux et de surmonter les bouleversements prévisibles
L’idée s’exporte dans le monde entier, 130 villes ont entamé une transition et plus de 700 sont au stade premier du processus en Irlande, en Australie, en Nouvelle- Zélande, au Japon, au Canada, en France et en Belgique par le web. Une démonstration du fait que nos citoyens sont avides de solutions positives et participatives

Solutions locales pour un désordre global, un film de Coline SERREAU . Ce film donne envie de déplacer des montagnes… et de planter des salades ! Visible bientôt sur les écrans à Louvain-la-Neuve, à ne pas manquer ! Ce film donne des pistes pour faire preuve de résilience, face au choc prévisible et que nous voulons anticiper, un monde que nous choisirons au lieu d’un monde que nous subirons .

Tous les citoyens conscients des enjeux et qui souhaitent participer ou mieux anticiper ce changement de paradigme ont intérêt à se rencontrer, réfléchir et y travailler ensemble, dès aujourd’hui, quel que soit l’horizon politique et philosophique d’où l’on provient, l’urgence est bien là ! Les vrais utopistes sont ceux qui pensent que notre système actuel peut encore continuer comme avant.

Nous proposons d’organiser une rencontre-journée de réflexion sur ce sujet..
Un pas plus loin : www.villesentransition.net ou www.amisdelaterre.be
Grez-Doiceau en transition : www.grezentransition.be
International (en Anglais) www.transitiontowns.org
ville de Totnes : www.totnes.transitionnetwork.org

(*) le concept du mouvement des villes en transition a été initié par Rob Hopkins, permaculteur anglais, auteur de : The Transition handbook, .éd. Chesea Green, voir son blog : www.transitionculture.org

Dès aujourd’hui, vous pouvez vous inscrire au prochain groupe de réflexion.
Il est urgent… de ralentir… et… de prendre le temps de réfléchir !
Guy Basyn, Ami de la terre, 010 68 82 82 ou guy.basyn@esperanto.be

AMALGAME N°44